• defimaginepro

Le monomythe de Campbell : mythe ou réalité ? Découvrez les secrets d’Hollywood...

Mis à jour : 19 juil. 2020


Si je vous disais qu’Harry Potter, Nemo, Aladin ou encore Le Roi Lion étaient en quelque sorte la même personne, me croiriez-vous ? Je ne pense pas. Pourtant, je suis certaine que vous avez déjà ressenti une impression de déjà vu quand vous regardez vos films cultes préférés. Cette sensation vous questionne, vous intrigue ou peut être même vous dérange car vous n’arrivez pas à en saisir la cause ? Joseph Campbell peut sans aucun doute vous éclairer. Ce spécialiste américain des mythes a écrit un célèbre ouvrage publié en 1949 : Le héro aux 1001 visages. Au sein de ce dernier, il expose sa célèbre théorie selon laquelle la majorité des contes, mythes et épopées de toutes cultures possèdent la même structure fondamentale qu’il appelle monomythe. Dans la note d’attention de son livre, il écrit : « Sous des formes multiples, nous découvrirons toujours la même histoire merveilleusement constante. Partout la même allusion l’accompagne avec une persistance provocante. » Pour élaborer cette théorie, il s’est appuyé sur la psychologie analytique fondée par le médecin Carl Gustav Jung qui vise à faire l’étude de l’inconscient et de l’âme.


Cette idée qu’il existe une « histoire archétypale qui jaillit de l’inconscient collectif » a beaucoup séduit. La partie de l’essai de Campbell qui a le plus intéressée est celle de la figure du héro dans laquelle il explique que le rôle du personnage principal n’est pas uniquement de nous partager sa vie mais avant tout de nous inviter à nous transformer nous-mêmes. Ce changement serait progressif et perceptible au cours du « voyage du héro », métaphore d’un parcours initiatique que tout être humain peut vivre dans sa vie et dont Campbell décrit les étapes. Premièrement, le héro connaît un départ. Il est appelé par l’aventure et quitte ainsi le monde ordinaire. Ensuite, il passe par la phase d'initiation c’est-à-dire qu’il va vers son objectif qu’on appelle « trésor ». Enfin, dans une étape dite ultime, il revient dans son univers quotidien avec l’objet de sa quête. Il est ainsi changé par l’aventure qu’il a vécue et désire partager sa force avec le reste de sa communauté. Richard Mèmetau, professeur de philosophie, résume : « C’est une descente aux enfers, une forme de catabase qui correspond à une descente au fond de soi. Puis un retour dans le monde ordinaire qui est aussi un moment de purification ».

Le voyage du héro est la partie la plus connue de la théorie de Campbell. Cependant, il a également approfondi beaucoup d’autres points comme le caractère des personnages : ce qui les motive, leur psyché mais aussi leurs défauts.

Ce schéma résume plus en détail avec douze étapes distinctes le voyage du héro selon Joseph Campbell :



Même si Campbell a uniquement voulu théoriser une structure narrative très ancienne, son modèle est devenu une recette. Dans les années 1980, Christopher Vogler, analyste et consultant d’Hollywood, s’est inspiré de cette théorie du monomythe. En effet, il étudiait tous les scripts qui arrivait chez Disney et devait trier les bonnes des mauvaises histoires. A l’aide de la théorie de Campbell, il a développé une méthodologie et a finalement décidé de rédiger un ouvrage complet à destination des scénaristes. Ce document va rapidement devenir une matrice scénaristique. Les studios Disney en font ainsi un usage intensif. En effet, il leur permet de gérer la dynamique de leur film, c’est-à-dire de créer du suspens et des personnages attachants. On peut dire tout simplement que le mémo de Vogler leur a permis de « baliser » leur processus créatif. George Lucas s’appuie notamment dessus pour Star Wars. Aujourd’hui, de célèbres réalisateurs comme Darren Aronofsky le considèrent encore comme une influence majeure. Beaucoup sont convaincus qu’il faut respecter ce schéma pour créer des histoires universelles et vendables partout. Cependant, certaines œuvres échappent totalement à cette théorie. C’est le cas notamment du Solomon Kane, film adapté de Robard Howard. Le personnage principal surgit en effet de la nuit pour y repartir sans que l’on sache pourquoi. On peut sans aucun doute affirmer que le schéma narratif ne correspond pas à celui donné par Campbell. Certains critiquent même ce modèle comme le romancier américain Kurt Vonnegut qui tourne en dérision son point de vue en le résumant ainsi : « Le héros a des problèmes, le héros résout ses problèmes. »


Joseph Campbell avec sa théorie du monomythe a tout de même réussi à modéliser un schéma très commun des épopées anciennes et reste un grand inspirateur des cinéastes actuels. Alors, maintenant que vous avez tous les ingrédients, prêt à vous lancer dans le scénario du tout nouveau film à succès ?


Et puis, si vous vous sentez perdu, demandez vous à quelle étape du voyage du héro vous vous trouvez et à laquelle vous souhaitez arriver.

Quand nous démarrons une nouvelle aventure professionnelle, quand nous lançons un projet ou encore quand nous arrivons dans un environnement peu familier, nous pouvons avoir l’impression de nous jeter dans l’inconnu. Le voyage du héro nous donne des repères dans une vie où nous sommes le héro. Il nous apprend que tout ce que nous traversons fait partie du processus.


« Le voyage du héro n’est pas une baguette magique qui fait disparaître le brouillard, c’est un GPS qui nous donne des repères nous permettant d’en sortir plus facilement et plus sereinement parfois. La période de doute est non seulement normale et saine, elle est surtout totalement nécessaire. C’est elle qui nous permet de trouver l’énergie du changement et qui permet la fin heureuse. » Stéphane Roger.


Si vous désirez en savoir davantage, regardez cette conférence de Stéphane Roger dans laquelle il réalise un parallèle entre le voyage du héro et le parcours d’une femme entrepreneur : https://youtu.be/2fpgBo8Wwik

Article d’Anaïs


Sources : Vidéo du Monde : « Contrechamp #11 : la recette du héros parfait au cinéma »Vidéo de Baglistv : « Le monomythe de Joseph Campbell comme matrice scénaristique. » Article de France Culture : « Joseph Campbell et son « monomythe », aux origines de la saga Star Wars. » Informations globales sur le mythe de Wikipédia Ecrire des histoires passionnantes grâce à la méthode Vogler, vidéo de « Les créateurs de Monde » du 10 janvier 2020 Le voyage du héros de Stéphane Roger, TEDxLyon


335 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout